Actions sur le document

Ogné-Hornay

Situé à 2 km au nord du centre de Sprimont, juste au sommet de la fameuse « Côte de Sprimont » que connaissent bien les amateurs de cyclisme et plus particulièrement de Liège-Bastogne-Liège, le quartier de Hornay-Ogné s’étend le long de deux voies de communication importantes : la N30 qui relie Aywaille à Beaufays et Liège, ainsi que l’autoroute A26 (E25).La crête sur laquelle se trouve le quartier de Hornay-Ogné délimite le bassin de la Vesdre de celui de l’Ourthe. Le quartier est aisément accessibles grâce à deux lignes d’autobus TEC : la ligne 65 (Liège - Aywaille) et la ligne 727 (Verviers – Harzé).

Le quartier compte un peu moins de 1000 habitants, ce qui en fait le quartier le plus peuplé de la commune de Sprimont.

Préhistoire

Pour petit qu’il soit, le quartier de Hornay-Ogné fut occupé dès la préhistoire :
Par les animaux d’abord, dont de nombreux ossements furent découverts aux carrières Bosard et Merbes-Sprimont : mammouths, hyènes des cavernes, panthères et rhinocéros laineux. Ces ossements sont conservés à l’Université de Liège, section de paléontologie animale. Une section de défense de mammouth est visible au Musée de la Pierre de Sprimont.
Par l’homme ensuite. En effet, de nombreux silex et pierres taillées datant du néolithique ont été trouvés dans les champs à Sprimont. Les plateaux devaient déjà être partiellement déboisés pour permettre les cultures. Six sépultures néolithiques ont été mises à jour dans la vallée sèche reliant Fond Leval à Chanxhe.

Histoire

Epoque romaine : A l’époque romaine, deux grandes voies romaines passent non loin de Sprimont : celle qui relie Cologne à Bavay et celle qui effectue la jonction entre Tongres et Trêves. Deux diverticules passaient par le quartier. Un de ceux-ci venait de la Fagne Saint-Remacle, descendait à Rouge-Thier (près de Deigné), remontait à la ferme de la Haute-Folie, traversait Cornémont pour se diriger vers Noidré, empruntait la rue des Fosses actuelle, pour continuer vers Lincé et Chaply. La seconde venait du gué de Becoën (aussi appelé « gué romain ») sur la Vesdre.

Le nom de Ogné proviendrai de Noniacum ou Nonius, gentilice romain et du suffixe latin « acus », soit « propriété de Nonius ou Noniacum » attestant par là l’occupation du quartier à l'époque romaine. Une forge antique fut découverte dans le hameau de Noidré. On y a retrouvé de nombreux fers à cheval

Moyen-Age : Au XIIIe siècle, les hameaux de Hornay et d’Ogné sont rattachés au ban de Sprimont et on en retrouve la trace dans de nombreux documents.

XIXe siècle : Au XIXe siècle, les carrières sprimontoises connaissent un essor considérable. Le vicinal fut un des acteur de cet essor car il permit le transport de la pierre extraite dans les carrières vers l’Ourthe et vers la Vesdre à Trooz. Le vicinal permettait également le transport des voyageurs et longeait le quartier de Hornay-Ogné.

C’est également au XIXe siècle qu’Hubert Pahaut naît à Ogné-Sprimont (9 mars 1835). Il apprend le rude métier de tailleur de pierre. Il prend la tête d’un mouvement afin d’améliorer le sort des carriers lors de conflits opposant les travailleurs et les patrons. Il se rend auprès du gouverneur de la province de Liège grâce à quoi les carriers obtinrent satisfaction sur pas mal de leurs revendications sociales et salariales. Hubert Pahaut, que l’on surnommait le « roi Pahaut », décède le 1er mars 1914

Toponymie

Pour retrouver les traces du passé, nul n’est besoin de se lancer dans des campagnes de fouilles. La toponymie est souvent révélatrice du passé ou de l’occupation antérieure des lieux. A titre d’exemple, voici l’origine du nom de plusieurs rues et lieux-dits du quartier…

  • Rue du Bathy : terrain battu, place vague, carrefour
  • Rue de Beaufays : du latin : bellum fagetum : belle hêtraie
  • Rue des biolettes : de bèyole : bouleau
  • Rue du Brouckay : de broû(kè) provenant du flamand broek : terrain marécageux
  • Rue Cléchêne : de clétchêne : chêne clair
  • Rue de la fagne : de fange : boue, vase
  • Rue des Fosses : on y trouvait auparavant des fosses à argile
  • Rue du Grand Bru : variante de broû : terrain marécageux
  • Hornay : du wallon hour(e)lê :éminence, tertre, talus
  • Rue de la Houillère : proviendrai du fait que la terre y est particulièrement noire
  • Rue Lilleutige : de tîdje, vieux chemin de terre large et gazonné et de Lillé, ancien chemin de Lillé. Correspond peut-être avec le tracé d’une ancienne voie romaine.
  • Rue des Marlis : de mârlî, marguillier, chantre d’église. Notez que le nom de la maison des jeunes So les Marlis provient du nom du lieu où elle est implantée.
  • Rue Mazeure : du latin mansure, demeure et dépendances
  • Rue de Néronry : de ron ri, ruisseau au cours incurvé
  • Rue Nicolas Evrard : nom d’un ancien bourgmestre de Sprimont
  • Noidré : de Nordhari, nom de personne et du suffixe latin -acum, propriété, domaine, donc propriété de Nordhari
  • Ogné : de Noniacum ou Nonius, gentilice romain et du suffixe latin -acus, propriété de Nonius ou Noniacum
  • Vieille Voie de Liège : avant la construction de la nationale 30, chemin utilisé par tous pour rejoindre Liège.